Utilisations culturelles du baobab Adansonia digitata

Boutique Biologiquement.com
[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

On notera aussi que le baobab adansonia digitata joue un rôle contre la soif, en cas se grand sécheresse le bois, tendre et spongieux, est mâché par les hommes et les animaux pour apaiser la soif.

Mais surtout, dans certaines régions sèches, comme le Kordofan et le Darfour, on évide le tronc pour y stocker de l’eau. Pour ce faire, on aménage un vaste entonnoir à pente très faible tout au tour de l’arbre, d’un rayon de 10 à 15 mètres, pour que l’eau se concentre autour du tronc quand il pleut. Par ailleurs, on creuse l’ intérieur du tronc, en partant juste au-dessous de l’endroit où le tronc donne naissance aux grosses branches :on enlève tout le cœur (qui est du bois mort) ne laissant que l’aubier tronc(qui est un tissus vivant) et l’écorce, creusant jusqu’au bas du tronc : on crée ainsi une cavité qui peut avoir un volume de plusieurs mètres cubes. Quand celle-ci est pleine, on recouvre l’ouverture avec quelle branches, sur lesquelles on place une natte qu’on recouvre de terre.

Adansonia digitata la baobab d'afrique
Adansonia digitata la baobab d’afrique

On a ainsi constitué une réserve d’eau qu’on pourra conserver plusieurs mois et n’utiliser qu’en saison sèche. Il est remarquable que cette façon d’utiliser l’arbre n’est pratiquée que par certaines peuplades et seulement sur à peine la moitié de l’espèce. Les autres usages du baobab adansonia digitata sont très nombreux (GILLET, 1986), en particulier en pharmacopée, ce qu’explique sa riche composition en calcium, en fer, en potassium et en vitamines. Le baobab adansonia digitata est un arbre si important dans la culture sahélienne en générale, et dans des villages de cultivateurs en particulier, qu’on trouve encore des villages complètement enfouis dans des peuplements de ces arbres, comme au sud du Sénégal, et même de véritables peuplements denses de baobabs entourant défensivement un village et situés à l’intérieur d’une ligne de défense en fossés et levées de terre à moitié effacés (et autrefois en clôture d’épineux, mais qui ont disparu), comme prés des Monts Kapsiki, au nord du Cameroun. Il était très difficile à des cavaliers de franchir un tel boisement dense de baobabs aux troncs très épais, des houppiers desquels des archers leur tiraient dessus. Comme l’a souligné SEBIRE (1899), les usages multiples. Toutefois, son bois n’est pas utilisé, sauf pour faire des flotteurs de filets ; bien séché, il peut donner un mauvais combustible. Son nom haussa, ‘fanko’, veut dire ‘bon à rien’ (DALZIEL, 1955).
Signalons encore que les baobabs adansonia digitata sont habités par des colonies d’abeilles, qui nourrissent du nectar de ses fleurs, et produisent un miel fin et apprécié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche

Produit antioxidant anti-cancer naturel puissant

Suivez-nous sur note page Facebook

Boutique Biologiquement.com
Suivez-nous sur :